• comite@respe.ch

Category ArchiveNon classé

L’Association RESPE VOUS DIT MERCI

L’Association RESPE VOUS DIT MERCI

A tous nos membres

A tous ceux qui nous ont suivi A tous ceux qui nous ont soutenu Aux familles politiques valaisanne

 

Bonjour à tous,

Notre association a juste une année maintenant. Notre but était de faire reconnaître l’insécurité du centre scolaire de Grône en cas de passage de la ligne THT Chamoson/Chippis selon le tracé actuel autorisé par le TF et de trouver une solution pour pallier à ce phénomène. Ce but est atteint, tout le monde le reconnaît.

 

Nous avons exploré la voie d’un enfouissement de la ligne mais là, personne n’est entré en matière, bien que des études et projets provisoires existent, démontrant la faisabilité technique d’une telle solution.

 

Nous  avons  donc  planché  sur  une  alternative  de  déplacement  des  pylônes  qui bordent le centre scolaire de Grône, histoire d’au moins « sauver les meubles » pour plus de 700 élèves et 60 employés d’Etat qui fréquentent ce centre quotidiennement. Cette  alternative  est  née  d’une  séance  avec  le  chef  du  département  de l’instruction publique, Monsieur Christophe Darbellay, en novembre 2017.

Il a fallut dès lors travailler le dossier, démontrer l’aberrance d’une telle ligne à proximité directe d’une école, convaincre qu’il serait irresponsable de laisser un centre scolaire devenir une zone dangereuse dès 2021, année où Swissgrid pense hypothétiquement mettre en service la ligne. Nous avons aussi pris garde que le haut-plateau ne soit pas plus impacté par cette modification, que par le tracé actuel.

 

Dès lors, nous avons été entendu, écouté et soutenu. La commune de Grône a été, en toute logique, notre premier soutien après les 504 parents signataires de la pétition pour épargner le centre scolaire. S’en est suivi tous les partis politiques du village de Grône qui nous ont soutenu et qui se sont, d’une seule voix, alliés à la commune de Grône pour officiellement demander à l’Etat du Valais, le déplacement de cette ligne en date du 20.02.2018.

 

Dans la foulée, l’Etat du Valais a prit ses responsabilités et en a fait la demande à Swissgrid sachant qu’il n’y avait plus une minute à perdre et que le temps nous était compté. Dès lors, des tas de discussion ont eu lieu car, selon Swissgrid et les instances supérieures (OFEN entre autre), cela était absolument impossible du fait du jugement du tribunal fédéral.

Evidemment non satisfait de la réponse, nous avons continué notre travail et obtenu en début d’été le soutien de tous les présidents de toutes les familles politiques du Valais. Du haut comme  du Bas, ils sont tous venu en date du

 

02.07.2018 sur la place de la Planta exprimer leur volonté de protéger ce centre scolaire et de tout faire pour que l’on puisse au moins déplacer ces pylônes.

L’Etat du Valais a également débloqué  un montant de  CHF 250’000.- pour mener à bien ce projet.

 

Swissgrid continua de marteler qu’il n’est pas possible de faire cela en première instance, mais éventuellement dans un deuxième temps si l’Etat du Valais ou des tiers seraient prêt à en mettre le prix (env. 8 à 10 millions de francs).

 

En septembre 2018, une année jour pour jour après la décision du TF, le Grand Conseil Valaisan plébiscite par son vote, l’autorisation d’étudier une modification de la loi cantonale sur l’approvisionnement en électricité afin que les travaux de la THT puissent être stoppés en Valais tant que la planification de détail de ceux-ci n’est pas fournie par le constructeur. Une lecture de cette modification aura lieu en mars 2019 suivie du vote pour ancrer cette modification dans notre loi cantonale.

 

Début novembre, 8 mois après la première demande, le chef du département de l’énergie nous annonce qu’enfin Swissgrid et l’Etat du Valais ont trouvés un accord de principe pour étudier le déplacement de ces pylônes.

Il nous annonce également qu’un rapport géologique a été réalisé sur les zones des nouveaux emplacements des pylônes et que ce rapport n’est pas moins favorable que celui réalisé pour le tracé actuel. Il en démontre clairement sa faisabilité technique.

 

Notre part de travail étant faite, un accord de principe trouvé, dès lors l’association RESPE ne peut plus que se tenir en soutien de toutes ces instances aux pouvoirs politiques et décisionnels. Nous leur offrons volontiers notre aide si besoin est, afin de mener à bien ce déplacement de pylône en première instance.

 

Nous profitons de remercier encore une fois tout le monde politique Valaisan pour son courage et son engagement, pour avoir aussi démontrer qu’il sait s’unir d’un bloc en laissant de coté les divergences partisanes lorsqu’il s’agit de préserver et sauver nos adultes de demain.

Un grand MERCI également à tout le Grand Conseil Valaisan qui s’est mobilisé et qui, quasiment à l’unanimité, veut également trouver une solution responsable quant à cette ligne THT pour tout le Valais.

Evidemment, un grand MERCI également à la toute la population Grônarde qui nous a soutenue ainsi qu’à la population valaisanne qui a été très sensible à notre problématique. Nous vous invitons, dès maintenant, à soutenir activement le conseil communal de Grône dans ce dossier.

Un MERCI tout particulier à Monsieur Roberto Schmidt qui s’est battu avec tout

son département pour ce dossier et qui va sans aucun doute, avec l’appui de ses collègues Conseillers d’Etat, mener à bien et à terme ce déplacement en première instance.

Message à la population Grônarde et voisine

Population Grônarde…et voisine…

Voici une semaine que l’État du Valais et Swissgrid ont convenu d’un accord de principe pour autoriser l’étude concrète d’un déplacement de la future ligne THT aux abords du centre scolaire de Grône. Centre scolaire, faut-il le rappeler, qui accueille nos enfants, mais aussi les enfants de Chalais, Chippis, Granges, Flanthey ainsi que de certaines autres communes pour la filière sport/étude.

Certes, on parle là d’un déplacement de la ligne, opportunité dont tous conviennent que ce n’est pas la solution optimum et que seul un enfouissement sur tout le Valais serait LA solution.

L’un n’empêche pas l’autre.

Actuellement le temps nous est compté et si nous ne faisons rien, c’est le tracé qui lèche les murs du centre scolaire qui sera réalisé. Nous avons ici une opportunité de sauver les meubles, de limiter la casse… Nous nous devons de la saisir…

À ce jour, Monsieur Roberto Schmidt fait tout son possible pour que le tracé puisse changer. Le chef du département de l’instruction publique, Monsieur Christophe Darbellay, dans un mail reçu hier, fait savoir que la solution du déplacement, (réfléchie lors d’une rencontre commune en fin 2017) représente la moins mauvaise solution et qu’elle est à ce jour, la seule porte de sortie. Il nous fait savoir qu’il a, à plusieurs reprise eu l’occasion de défendre sa position auprès de Swissgrid avec lesquels il a eu plusieurs contacts. Il affirme également son soutien inconditionnel à son collègue Roberto Schmidt et nous l’en remercions sincèrement. Peut-être que d’ici peu, ça sera tout le CE qui fera de même et s’affichera publiquement sur ce dossier, quelle belle homogénéité du Valais cela ferait. Imaginez, le CE dans sa totalité, les présidents des formations politiques du Valais qui réitèrent leur soutien, publiquement, et agissent de concert avec eux, tout ceci dans le même temps où le Valais ne vit plus que par des élections partisanes pour la constituante, quel puissant Canton que serait le Valais. Par contre, Monsieur Darbellay nous fait tout de même savoir que le temps des illusions est terminé. Nous y voyons là un signal fort que le temps des vraies actions est donc arrivé. MERCI

protégeons ce qui peut encore l’être sans oublier que les digues de R3 ne sont pas encore faites et qu’il pourrait toujours y avoir de la place pour héberger les câbles qui alimentent les pays voisins.

ABE

RESPE demande l’arrêt des travaux de la THT en Valais

En Valais, l’autoroute électrique fait craindre des leucémies infantile

Les parents de la commune valaisanne redoutent que la future ligne à très haute tension Chamoson-Chippis impacte la santé de leur progéniture.
Mais leurs craintes sont-elles fondées? Eléments de réponse :

Lien vers l’article LETEMPS.CH

 

 

 

 

 


Photo par Eddy Mottaz, pour LETEMPS.CH

Qui donne les responsabilités à qui ?

Selon Swissgrid en date du 18.05.2018 : (Je cite)

 

Pylône 162, futur téléphérique de Chalais – Vercorin : M. Dierick confirme que ce pylône ne sera pas déplacé et qu’il sera bien construit à l’emplacement prévu dans les plans approuvés par l’Office fédéral de l’énergie (OFEN). Swissgrid est en contact avec les porteurs du dossier du nouveau téléphérique et une solution sera trouvée permettant la construction et du futur téléphérique et du pylône 162 à l’emplacement prévu dans les plans.

 

Déplacement de pylônes à la hauteur du centre scolaire de Grône : l’OFEN a confirmé à Swissgrid avoir mené plusieurs analyses juridiques pour connaître la marge de manoeuvre face à la décision du Tribunal fédéral (TF). Résultats : il n’est juridiquement pas possible de modifier le tracé de la ligne avant la construction de cette dernière, la décision du TF étant exécutoire. Modifier le tracé avant la construction reviendrait à ne pas exécuter une décision du TF. Dès que la ligne aura été construite et mise en service, un nouveau projet pourra être lancé qui passera obligatoirement par une procédure de plan sectoriel. Il n’est pas possible de débuter directement en procédure d’approbation des plans car cela contreviendrait à la décision exécutoire du TF. Par ailleurs, si le projet devait faire l’objet d’oppositions, cela rallongerai la durée de la procédure.

 

La ligne aérienne 380 kV Chamoson-Chippis sera donc construire telle qu’elle a été approuvée par le TF. Tout projet de déplacement éventuel devra être déposé après sa mise en service et être financé par des tiers et non par Swissgrid. L’amortissement de la ligne devra également être financé par des tiers. Coûts de construction estimés par Swissgrid entre 5 et 6 millions de francs. (Pour les 4 pylônes impactant le centre scolaire de Grône)

 

Selon l’OFEN, en date du 12 juillet 2018 : (Je cite)

 

Après avoir pris connaissance du rapport du géologue cantonal du 1 juin 2018, ainsi que du rapport du Bureau d’Études Géologiques SA (BEG) du 13 juin 2016, il apparaît que les observations et les charges, quand aux zones de glissements de terrain, formulées par le Conseil d’Etat en novembre 2004 à destination de l’inspection fédérale des installations à courant fort (ESTI) et intégrées dans les décisions de l’OFEN du 30 juin 2010 et du 19 janvier 2015, y sont sensiblement accrues.

 

Ces documents font suite aux charges (8.2.6, 8.12.14, 8.13) émanant de la décision du 30 juin 2010, reprises dans la décision du 19 janvier 2015. Cette dernière décision est entrée en force suite à l’arrêt du Tribunal Fédéral du 1er septembre 2017. Celle-ci étant devenue définitive suite à cet arrêt, il n’est plus de la compétence de l’OFEN de la modifier.

 

S’agissant du croisement avec le téléphérique Chalais-Vercorin, une charge spécifique (8.4) retient que les mesures de protection devront êtres soumises à l’ESTI. De même au sujet des pylônes qui pourraient être en conflit avec le projet Rhône 3 dans la région d’Aproz, la décision de l’OFEN prévoit, outre la coordination entre les différents services que les éventuels déplacements seront à la charge de la requérante.

 

Selon les charges mentionnées, il conviendra pour Swissgrid SA de réaliser –lors des travaux- des études géotechniques préliminaires avec le géologue cantonal pour définir l’étendue des mesures de sécurité permettant de palier les risques de glissements afin de construire les lignes selon les plans approuvés et entrés en force.

 

Par ailleurs, si des raisons impératives de s’écarter des plans approuvés devaient se faire jour, il appartiendrait alors à Swissgrid SA, conformément à l’article 10 de la loi sur l’ordonnance sur la procédure d’approbation des installations électrique (RS-734.25 ; OPIE) d’en avertir l’ESTI pour approbation des changements nécessaires au projet. Sans préjuger de la suite de la procédure qui sera menée par l’inspection.

 

Art.10 et 11 de l’OPIE :

 

Section 3 Début des travaux et mise en service

 

 

Art. 10 Début des travaux

  • La construction d’une installation électrique ne peut commencer que lorsque l’approbation des plans est entrée en forc

 

1bis L’autorité compétente peut permettre, par le biais de l’approbation des plans, le début immédiat des travaux de construction de l’installation ou de parties de l’installation dans la mesure où:

 

  1. a. il n’y a pas d’opposition non traitée;
  2. b. il n’a été émis aucune objection par les cantons concernés et les services spécialisés de la Confédération; et
  3. c. le début des travaux n’entraîne aucune modification irréversible.1

 

  • Si pendant l’exécution des travaux des raisons impératives de s’écarter du plan approuvé se font jour, l’inspection en est informée sans déla Dans le cas de modifications qui pourraient être approuvées selon la procédure simplifiée, l’inspection prend une décision sans que les plans modifiés fassent l’objet d’une nouvelle procédure d’approbation.

 

  • Dans tous les autres cas, le plan modifié fait l’objet d’une nouvelle procédure d’approbation des plans; les travaux peuvent néanmoins être poursuivis sur les tronçons de l’installation qui ne sont pas concernées.

 

1 Introduit par le ch. I de l’O du 9 oct. 2013, en vigueur depuis le 1er déc. 2013 (RO 20133509).

 

Art. 11 Prorogation de la validité de l’approbation des plans

Si l’exécution d’un plan entreprise à temps est interrompue durant plus d’une année et que plus de trois ans se sont écoulés depuis l’entrée en force de la décision, la prorogation de l’approbation des plans doit être demandée à l’inspection.

 

 

 

 

Selon le géologue cantonal en date du 31 juillet 2018 : (Je cite)

 

Le canton, en tout cas pour ce qui concerne les dangers naturels, n’apparaît qu’à titre consultatif dans cette discussion et n’a aucun pouvoir de décision.

-Swissgrid est entièrement responsable de la construction et de l’exploitation de la ligne THT

– L’organe de contrôle de cette construction est l’Office fédéral de l’énergie (OFEN) qui délègue cette tâche à l’inspection fédérale des installations à courant fort (ESTI)

 

 

 

Selon l’Etat du Valais en date du 01.08.2018 : (Je cite)

 

En effet, j’ai eu plusieurs séances avec l’OFEN (et ElCom), qui nous a demandé de trouver des solutions avec Swissgrid

Après c’est Swissgrid qui doit demander à l’OFEN une nouvelle autorisation. La seule chose qui nous dérange, c’est que l’OFEN et Swissgrid veulent déplacer les pylônes seulement dans une deuxième phase. C’est pourquoi j’ai demandé une nouvelle séance avec l’OFEN en août. Nous ne lâchons pas – mais c’est seulement par le dialogue qu’on a éventuellement une dernière chance.

 

 

 

Selon RESPE en date du 06.08.2018 :

 

Tout le monde renvoie la balle partout en espérant que lors de l’acte final, ce n’est pas lui qui possède la carte de Pierrot le Noir mais bien les juges du TF! Personne ne veut assumer le fait que l’on va faire des écarts et donner des possibilités de déplacements de pylônes sur ce tracé pour un téléphérique ainsi que pour le projet Rhône 3 mais que rien n’est possible pour un centre scolaire fréquenté annuellement par 700 élèves.

Les décisions de l’époque ont été fondées sur un projet qui ne ressemble en rien à celui qu’ils vont réaliser aujourd’hui, mais personne n’ose l’avouer. Personne n’ose dire qu’à l’époque, si le projet soumis avait été celui d’aujourd’hui, il n’aurait jamais été accepté. Personne n’aurait d’ailleurs osé soumettre un tel projet !

Par contre aujourd’hui, personne ne veut non plus prendre la responsabilité des conséquences de ce projet. C’est certainement qu’il n’est pas si clair ni si anodin que cela. Au final, une partie de la population Valaisanne fera partie du dommage collatéral du manque de courage et de responsabilités politiques de nos élus, autant bien fédéraux que cantonaux et communaux. Une réélection avec des promesses non tenues (-­‐ L’enfouissement de la ligne THT Chamoson/Chippis-­‐ Accorder une attention particulière à la qualité du paysage bâti-­‐ Promouvoir l’essor touristique de la vallée du Rhône-­‐ et bien d’autres encore) est bien plus importante que la vraie vie des citoyens de notre canton. J’en aurais honte !

RESPELEAKS – Pour transmettre des informations ou dénoncer une situation de corruption

Vous souhaitez transmettre des informations à RESPE ou dénoncer une situation de corruption présumée relative aux lignes à très haute tension ?

Consultez notre page : https://respe.ch/respeleaks/


Nous profitons également pour remercier toutes les personnes qui nous soutiennent.

Tous les partis politiques Valaisans ont répondu à l’appel de l’Association RESPE

Mail aux cinq Conseillers d’Etats

Ce matin, au vu de la situation impensable que nous vivons à cause de cette ligne THT et le danger physique encourus par toutes les Valaisannes et tous les Valaisans, un mail est parti aux 5 Conseillers d’Etats que nous avons élu afin qu’ils utilisent le pouvoir que leur peuple leur a donné pour le défendre ardemment comme il se doit ! Une réponse imminente est attendue. Partagez, faites circuler afin que tout le monde puisse avoir connaissance de la catastrophe programmée que nous allons vivre. Nous attendons également de tous les partis politiques du Valais qu’ils prennent publiquement position et exhortent le Conseil d’Etat à agir dès aujourd’hui !

Actualité du 20 juin 2018

Ligne THT: entre Aproz et Chippis, 34 pylônes sur les 52 prévus posent problème, selon une étude jusqu’ici confidentielle.

Lien vers l’article de Canal 9

Grand Conseil – Dépose d’un postulat

Ce jour, sous l’impulsion de RESPE et en collaboration avec THT, un postulat a été déposé, mais pas en urgence, lors de l’ouverture de la session du Grand Conseil. Ceci dans le but qu’il ne puisse pas être refusé et du coup supprimé. Il sera donc soumis au vote lors d’une prochaine session, au plus tôt en juin 2018. D’ici là, il restera comme une âme se baladant dans les couloirs du palais du gouvernement, rappelant dans chaque bureau sa présence.